Comme toute matière vivante, les corps humain est composé de minéraux et oligo-éléments, de vitamines,

Tous ces nutriments sont indispensables à la vie.

Ils ne représentent qu’une partie infime du total de la matière soit environ dix millièmes.

Aujourd’hui, on a prouvé qu’une douzaine d’oligo-éléments sont bien des constituants essentiels de la matière vivante malgré leur infime pondéralité.

Néanmoins certains nous paraissent actuellement accessoires et le deviendront peut-être un jour.

Qu’est-ce qu’un oligo-élément?

Les oligo-éléments ( du grec « oligos » qui signifie « peu ») se définissent comme des éléments présents en très petite quantité dans l’organisme.

En effet, il s’agit de substance présente à une concentration inférieure à 1 mg par kilo de tissu.

Un oligo-élément est donc un élément de matière qui représente moins de 0,01% du poids sec du corps humain.

D’un point de vue diététique, on distingue ceux qui sont  :

  • essentiels
  • éventuellement ou potentiellement essentiels
  • non essentiels

Pourquoi les oligo-éléments sont source de vie?

Pour que l’on considère un élément comme indispensable à la vie, il doit :

  • être présent dans les tissus vivants
  • se concentrer de manière constante d’un animal à l’autre
  • provoquer les mêmes anomalies structurelles et physiologiques quelque soit l’espèce étudiée lorsque l’on le retire de l’organisme
  • prévenir et renverser les troubles existants quand on l’apporte à l’organisme

De plus, la déficience de ces éléments entraînent des troubles qui sont accompagnés de changements biochimiques spécifiques.

Bien sûr ces changements biochimiques se réparent ou sont prévenus en même temps que la déficience guérit ou est anticipée.

Il existe plusieurs classifications des oligo-éléments.

Il existe donc la classification de Hackh, Schroeder, Cotzias et Foradori.

Elles répertorient les éléments vitaux et leur concentration chez l’être humain.

Par contre, il faut être prudent avec ces classifications et les considérer comme des outils.

Actuellement, on considère comme nécessaire :

  • fer
  • cobalt
  • nickel
  • cuivre
  • chrome
  • manganèse
  • molybdène
  • fluor
  • vanadium
  • étain
  • zinc
  • iode
  • sélénium

En ce qui concerne le bore, le brome, l’arsenic, la baryum et le strontium, on leur soupçonne un rôle physiologique possible.

N’oublions pas que tout ceci n’est valable que pour l’animal car le bore est indispensable pour les végétaux dits supérieurs (à tige…).

La différence entre minéraux et oligo-éléments est que les minéraux sont nécessaires en plus grande quantité dans l’organisme.

Le rôle des oligo-éléments?

Comme les minéraux et les vitamines, les oligo-éléments participent au bon fonctionnement de l’organisme.

Ce sont des catalyseurs.

Autrement dit, ils régularisent et accélèrent des phénomènes naturels.

Ainsi, les oligo-éléments facilitent l’assimilation. 

De plus, ils protègent le corps humain des toxiques et des bactéries.

Ils participent à l’autodéfense de l’organisme et favorisent le bon fonctionnement de la respiration, de la nutrition, et de toutes autres fonctions vitales.

Plus précisément, les oligo-éléments permettent de :

  • rendre l’eau du sang et de la lymphe conductrice
  • construire et réparer l’ossature, les dents, et certaines structures cellulaires
  • fixer l’oxygène de l’air et du gaz carbonique

Chaque oligo-élément a un rôle particulier et spécifique à jouer dans l’organisme.

Où trouver les oligo-éléments?

L’alimentation

C’est l’alimentation notre première source de ces éléments indispensables à la vie.

On va les puiser dans les végétaux et surtout dans les aliments frais et cultivés biologiquement.

Ces aliments sont l’eau, les légumes, les fruits, les céréales, les levures, les laitages, les poissons, les viandes.

La teneur en oligo-éléments est variable d’un aliment à un autre mais également variable pour le même aliment d’une région à l’autre.

En général, les céréales et les légumineuses en sont plus riches que les légumes verts feuillus.

De plus, les fruits secs et oléagineux sont remarquablement riches en oligo-éléments.

Pour des aliments plus complexes comme le lait, on note des variations dans les teneurs.

En effet, les laits d’alpage en contiennent plus que les laits de pâturages en raison d’une plus grande diversité des espèces végétales consommées.

Pour le lait fermier sa teneur diminue lors de l’hivernage.

Il y a dons des variations alimentaires et saisonnières pour le lait.

Ce qu’il faut retenir

  • En règle générale, les aliments d’origine animale sont de meilleures sources d’oligo-éléments.

En effet, ces produits d’origine animale en contiennent davantage que les végétaux et ils sont mieux absorbés par l’intestin.

  • Les poissons n’en contiennent pas tant que ça car ils ne puisent que ce dont ils ont besoin dans leur environnement. On ne consomme que leur chair, ce qui est équivalent aux proportions contenues dans la viande.

Par contre, les produits de la mer dont on consomme l’ensemble de l’organisme comme les mollusques ou certains crustacés, en sont une source exceptionnelle.

C’est pourquoi, en cas de carence, on recommande vivement de manger des moules, des huîtres,…

  • Les céréales entières sont de bonnes sources d’oligo-éléments car le germe et les enveloppes externes sont les plus gros réservoirs.

La farine blanche est donc pauvre en oligo-éléments parce que les procédés modernes de meunerie enlèvent ces parties.

  • Pour le sucre, c’est la même chose. Le raffinage supprime une bonne partie de ces éléments.
  • Les fruits secs comme les noix, les mandes sont de très bonnes sources.

On peut penser qu’une alimentation équilibrée et diversifiée suffit pour obtenir tous les oligo-éléments vitaux.

Oligo-éléments et les habitudes alimentaires

Dans les pays industrialisés, en Europe et aux Etats-Unis, la population connaît des déséquilibres alimentaires à cause de l’élévation du niveau de vie et des changements de mode de vie.

En effet, on constate une suralimentation en viande, en lipides et sucres rapides.

Par contre, les céréales, les féculents et les légumes verts sont abandonnées.

C’est surtout le raffinage des aliments qui conduit à un appauvrissement des apports en oligo-éléments.

Par exemple, le raffinage du sucre diminue son taux de chrome de 100% à 0

De plus, les aliments ne contiennent plus assez d’oligo-éléments avec des sols pauvres. En effet, les pratiques agricoles (traitement des sols, méthode d’alimentation des animaux) et de la pollution chimique détruisent la richesse des sols en oligo-éléments.

Parallèlement, la quantité d’aliments ingérée et l’apport énergétique a diminué. Ce qui a pour conséquence de diminuer le niveau des apports.

Les régimes synthétiques et les nouveaux ingrédients créent de nouveaux déséquilibres.

Les oligo-éléments et les végétaux

D’une manière générale, la composition d’une plante en oligo-éléments reflète celle du sol où elle pousse, mais les plantes ont un degré sélectif par de nombreux facteurs.

En effet, tout dépend :

  • de l’abondance de l’élément dans la biosphère (ensemble des organismes vivant qui se développent sur terre).
  • la forme chimique de l’élément
  • le PH du sol
  • les conditions physiques du sol (labour, température, richesse en micro-organismes)
  • la constitution génétique de l’espèce

La plante indique donc la présence de l’oligo-élément dans le sol sans être forcément un agent de concentration d el’élément dont elle indique la présence.

De plus, les végétaux interviennent en modifiant le sol sur lequel ils poussent.

Modification de l’équilibre des sols

Plusieurs facteurs amènent  au changement des sols

  • Les plantations homogènes de résineux
  • La mise en culture modifie complètement l’équilibre du sol

Il y a alors un appauvrissement des sols voire même une désertification.

Les plantes sont la source principale de minéraux des animaux et des humains.

Tous les facteurs qui influencent donc la teneur en oligo-éléments des plantes détermineront la prise de ces oligo-éléments par l’organisme.

La synthèse des vitamines et oligo-éléments se fait dans le sol par l’intermédiaire de certaines bactéries.

Les végétaux ne peuvent utiliser les minéraux et autres éléments du sol qu’à travers le manchon bactérien qui entoure les racines de toutes les plantes.

Or l’agriculture chimique ne se préoccupe pas de ces micro-organismes.

On ne cherche pas à nourrir le sol mais à nourrir la plante seule.

L’abus des engrais NPK (azote, phosphore,potassium), des pesticides et des herbicides s’oppose à la vie du sol.

Les plantes ont alors une faible teneur en oligo-éléments.

La fertilité du sol est la condition première d’une bonne assimilation des oligo-éléments par les plantes.

N’oublions pas que l’équilibre du sol est instable car la disponibilité d’un oligo-élément dépend du juste équilibre de tous les oligo-éléments.

En effet, l’absorption d’un élément peut être bloqué si un autre est présent en excès.

Exemple : un excès d’azote bloque l’absorption du cuivre et celui du potassium arrête celle du magnésium.

Les oligo-éléments et la phytothérapie

Certaines plantes médicinales ont un pouvoir de régulation et de recharge grâce aux oligo-éléments qu’elles contiennent.

Par exemple :

  • Luzerne ou Alfa-alfa qui est très riche en calcium, potassium, phosphore, fer et zinc
  • Ortie qui contient du calcium, du phosphore, du magnésium, manganèse, zinc, silice, cuivre, nickel, fer, sodium, soufre
  • Prêle est composée de silice, de potassium, de calcium, magnésium, soufre, phosphore, zinc, plomb, manganèse, sodium
  • L’aubépine est très riche en manganèse
  • Valériane contient également du manganèse
  • Pissenlit se compose de potassium, manganèse, fer et magnésium
  • Ginseng magnésium, phosphore, fer, manganèse, cobalt, cuivre et germanium
  • Thé a du fer et manganèse
  • L’Artichaut contient potassium, magnésium, calcium, sodium
  • Courge a du manganèse, zinc, cuivre, fer, sélénium

En conclusion

Il est essentiel de consommer des fruits et des légumes crus ainsi que des plantes médicinales.

Ce sont les végétaux, riches en oligo-éléments, qui enrichissent les organismes d’animaux et d’humains.

Pour l’être humain, les animaux en sont une bonne source mais tous les végétaux en général.

C’est bien de consommer des céréales semi-complètes ou complètes, des fruits de mer, des produits animaux, des végétaux pour avoir différentes sources de nutrition.

Une bonne santé tient à la bonne diversité alimentaire.

Share This