Les ballonnements ont pour source l’aérophagie. En effet, l’aérophagie correspond à la déglutition volontaire ou non d’une certaine quantité d’air qui pénètre dans l’œsophage et l’estomac. Ce qui peut provoquer la dilatation de l’œsophage et de l’estomac.

Elle a donc pour conséquences des éructation et des ballonnements.

Les ballonnements correspondent à la présence d’air dans les intestins qui provoque des douleurs et parfois des flatulences.

Les ballonnements sont donc dus soit à une lenteur digestive soit intestinale.

Les causes des ballonnements

Les diverses causes

  • stress
  • alimentation sur le pouce en parlant
  • déséquilibre de la flore intestinale
  • chewing-gum
  • alimentation déséquilibrée et industrialisée
  • la consommation excessive de sucreries

La cause psycho-émotionnelle

L’intestin est l’organe du tri car il sépare le pur de l’impur. Autrement dit, il a pour but de garder ou de rejeter les éléments.

Sur le plan psychique, il s’agit donc de garder ou de rejeter les informations, des situations.

Il s’agit donc d’une pathologie « d’adaptation ».

On rejettera tout ce qui apparaîtra comme nouveau, vécu comme dangereux avec une diarrhée. Au contraire, on gardera précieusement ce que l’on connaît, notre passé, nos vielles choses précieusement entassées avec une constipation rebelle. Le tout dans un placard « archi » rempli en se disant que ça peut toujours servir!

C’est une personne souvent complexe avec beaucoup de contradictions et de frustration.

Il y a une certaine incapacité à se réaliser comme on le souhaite. En effet, le suffixe « ite » indique de la colère et de la frustration à propos des conditions de vie, et en particulier dans le milieu familial et conjugal.

Cette impossibilité de réalisation volontaire est refoulée dans l’inconscient.

Parfois, les personnes qui souffrent de ballonnements ont un long passé maladif. ce sont aussi des personnes toujours nerveuses.

Certains sentiments sont également caractéristiques comme un certain enthousiasme dynamique alternant avec un découragement désabusé.

Quelle alimentation adopter en cas de ballonnements?

Que doit-on éviter en cas de ballonnements?

  • Tout d’abord, il faut réduire les aliments riches en fibres.
  • Puis diminuer les aliments qui entraînent des gaz intestinaux dont l’eau gazeuse. D’autres aliments provoquent aussi des ballonnements comme les boissons glacées, le café au lait, les fromages fermentés ainsi que les fruits et les jus acides…
  • Les repas trop copieux riches en graisses sont également à éliminer.
  • Faire attention aux laitages qui entraînent une fermentation intestinale ainsi que les aliments contenant du gluten. Les produits riches en sucre blanc sont aussi à éviter comme les confiseries, gâteaux, sodas,…Les graisses saturées (graisses animales, des produits industrialisés) sont aussi toxiques pour l’intestin. Sans oublier, l’alcool, le tabac, les excitants (café, thé et chocolat) qui sont irritants.
  • Les aliments qui contiennent des additifs aussi sont à éviter car ils sont indigestes comme ceux dans la bière, les sodas, les sirops,…
  • Pas de chewing-gum non plus!

Quels aliments consommés en cas de ballonnements?

Le curcuma associé au poivre est un excellent anti-inflammatoire. Bien faire attention de ne pas trop poivrer car cela peut provoquer aussi une inflammation.

Le gingembre sous forme de tisane est aussi très intéressant pour calmer les gaz intestinaux.

L’ail est aussi un aliment anti-gaz par excellence. On peut le rajouter en poudre à l’alimentation comme le gingembre également si la tisane est trop contraignante.

La carotte est connue pour apaiser l’estomac mais elle est également un pansement souverain. Boire 1 à 2 verres par jour sous forme de jus.

Le chou est un aliment clé de la digestion et notamment pour la cicatrisation intestinale.

La myrtille, en jus ou en confiture, est un fruit excellent pour la muqueuse intestinale.

La pomme râpée a aussi des vertus apaisantes pour les intestins.

Les jus de légumes et de fruits sont donc tout à fait indiqués pour les ballonnements car ils sont dépourvus de fibres.

Astuces contre les ballonnements

Commencer le repas par ce qui est cru et ensuite manger les produits cuits.

Prendre les fruits en début de repas ou deux heures après.

Ne pas parler en mangeant pour ne pas avaler de l’air.

Préférer la cuisson à la vapeur, en papillote ou au grill.

Simplifier l’alimentation car plus nous combinons des aliments plus nous fatiguons l’organisme. Eviter donc de mélanger les céréales et les protéines. Consommer toujours des légumes à chaque repas.

Mettre les intestins au repos par des monodiètes, des cures de jus, ou bien du jeun.

Favoriser les oméga 3, les anti-oxydants et le magnésium.

Prendre les repas dans le calme et en bonne compagnie (pas de télé, ni en travaillant ou lisant…).

Prendre 20 minutes pour manger et ne rien faire d’autres. Si vous êtes occupé à autres choses le corps ne comprend pas qu’il est en train de manger et vous n’éprouverez donc pas la sensation de satiété.

Bien mastiquer.

Ne pas boire en mangeant car cela dissout les sucs gastriques. Boire avant ou après les repas.

Quelques règles d’hygiène de vie

Marcher après le repas car la marche, par la contraction des muscles abdominaux, réalise un véritable massage de l’intestin.

Elle est donc particulièrement conseillée ici, 1/2 heure après chaque repas.

Quelles plantes soulagent les ballonnements?

Les graines

  • Cumin
  • Coriandre
  • Fenouil
  • Carvi
  • Anis vert

Elles sont carminatives et digestives car elles permettent l’expulsion des gaz. De plus, elles évitent les gaz nauséabonds et les fermentations.

Les feuilles

  • Thym
  • Sarriette
  • Basilic
  • Origan

Ce sont des plantes médicinales qui ont un rôle aussi désinfectant et donc anti-fermentation.

Le basilic joue aussi une action sur le système nerveux comme l’angélique.

La racine

  • Réglisse

Elle est cicatrisante de la muqueuse intestinale.

Quels compléments peut-on aussi associer?

  • La chlorophylle tamponne l’excès de l’acidité qui provoque la fermentation.

En conclusion

Les ballonnements peuvent être largement réduits grâce à une alimentation adaptée. N’oublions pas quand même de travailler sur l’aspect psycho-émotionnel si la maladie est chronique.

Share This