Le sureau ou l’arbre de Judas est également appelé le grand sureau, le seuillet…

Son nom est tiré du latin sambucus qui fait allusion aux flutiaux (« sambuca » qui désigne une petit flûte). Les pâtres grecs taillaient cet instrument dans le bois tendre de sureau.

Cet arbuste est très connu et pousse en terrain léger dans les bois, le long des haies.

On le rencontre alors en France et dans toute l’Europe.

Quelles sont les vertus traditionnelles du sureau?

Le sureau est connu depuis le Préhistoire car on réalisait des boissons fermentées à partir de ses baies.

Puis dans l’antiquité, le sureau était connu pour ses vertus diurétiques et laxatives. Galien le recommandait aussi pour les catarrhes.

De plus, il a de nombreuses vertus magiques.

Pour les Celtes

En effet pour les Celtes, il s’agit d’un arbre sacré et protecteur. Les druides fabriquaient leurs flûtes magiques dans son bois pour entrer en communication avec l’âme des défunts. De plus, il était interdit de le couper car sa sève ressemblait à du sang. Cette sève rougeâtre était donc le témoin de la colère des esprits bienveillants.

Pour les Chrétiens

Pour les Chrétiens, le sureau est un arbre associé aux esprits sataniques.

En effet, selon la légende, c’est à une branche de sureau que Judas se pendit. On disait aussi que les sorcières confectionnaient leur manche à balai avec du bois de sureau.

Dans le langage des fleurs

Dans le langage des fleurs, le sureau est porteur de messages. En effet, quand on le mettait devant la porte, suivant les régions, cela signifiant que la jeune fille était « légère », « mauvaise ouvrière » ou que les hommes étaient des « ivrognes ».

A quoi ressemble un sureau ?

C’est un arbuste de 5 à 6 mètres de haut dont les feuilles sont lancéolées, dentelées et vertes. De plus, elles sont caduques. Autrement dit, elles tombent en hiver.

De plus, le sureau est garnie de jolies petites fleurs blanches à jaunâtre, qui sentent mauvais, et qui se présentent en bouquet. On dit alors qu’elles sont disposées en corymbe ombelliforme.

Les fruits de cet arbuste sont des petites baies globuleuses et noires quand elles sont mûres.

Quelle partie du sureau utilise-t-’on en herboristerie ?

Les herboristes utilisent 3 parties du sureau.

La fleur

Tout d’abord, la fleur est très intéressante car elle contient un huile essentielle, des mucilages, des tanins mais aussi des flavonoïdes, des acides-phénols et des triterpènes.

Les fruits

Ensuite, on peut également employer les fruits qui sont riches en sucres, en acide citrique et anthocyanosides.

L’écorce

L’écorce de sureau peut aussi servir à préparer des décoctions.

On met alors 2 poignées d’écorce dans un litre d’eau que l’on porte à ébullition jusqu’à ce que l’eau est réduit de moitié. Boire ensuite cette préparation en 3 fois.

Cette décoction permet également de faire des compresses.

Quelles sont les propriétés médicinales des fleurs de sureau ?

Son action diurétique

Le sureau est diurétique car il augmente le volume des urines. Cette propriété est intéressante en cas de troubles urinaires (cystites) et articulaires comme les rhumatismes ou la goutte.

Affections respiratoires

De plus, c’est une plante de choix pour toutes les affections bronchiques puisque il augmente les sécrétions pour une meilleure évacuation.

Dans tous les cas, on l’utilise pour les bronchites, refroidissements hivernaux, la rougeole, la scarlatine, la grippe,…

Immunité

D’autre part, les fleurs présentent une action anti-viral et stimulent l’immunité. Elles font aussi tomber la fièvre.

Elles ont aussi un effet décongestionnant c’est pourquoi elles sont souvent recommandées lorsque l’on veut perdre du poids. Grâces à elles, il est aussi plus facile de se débarrasser de la rétention d’eau et de la cellulite.

Recettes

Avec les fleurs du sureau, on réalise des tisanes à raison de 40g par litre d’eau froide. Porter ensuite à ébullition et dès que les premières bulles apparaissent. L’infusion dure 10 minutes. On boit ensuite 3 tasses dans la journée.

Cette infusion est à boire bien chaude si on veut faire tomber la fièvre car le sureau est une plante diaphorétique.

Quand doit-on employer les fruits et l’écorce de l’arbre de Judas ?

A chaque fois, que l’on souffrira de troubles digestifs et plus particulièrement de constipation.

A ce moment là, on utilise le jus de baies fraîches pressées à raison de 20 g le matin.

Quant à l’écorce de sureau, on l’emploie dès que l’on souhaite une action diurétique donc dans les troubles urinaires, articulaires, œdèmes,…De plus, elle permet de remédier aux calculs urinaires grâce à ses composés triterpéniques qui ont aussi une action anti-virale et anti-tumorale.

Quelles sont les autres indications du sureau ?

Par voie externe, le sureau sert aussi à réduire les conjonctivites, les engelures, les orgelets ainsi que toutes les pathologies infectieuses.

On réalise donc une décoction de fleurs pour préparer des compresses et des cataplasmes.

Voici une recette pour les conjonctivites ou tous les troubles infectieux de l’œil.

Préparer avec 1 cuillère à soupe pour un quart de litre d’eau froide. Porter à ébullition, laisser infuser 10 minutes et surtout bien filtrer !

Appliquer ensuite sur les paupières pendant 10 minutes avec une gaze stérile imprégniée de l’infusé matin et soir pendant 10 jours.

Quelles sont les recommandations à prendre quand on utilise le sureau ?

Cette plante médicinale ne présente aucune toxicité.

Attention, toutefois car les feuilles de sureau présentent une toxicité comparable à celle du laurier-cerise. Il en est de même pour les baies avant maturité et l’écorce.

Pour conclure

Le sureau est une plante médicinales à utiliser car elle nous veut beaucoup de bien malgré sa réputation d’antan.

En plus, il est très commun donc pas très compliqué à trouver.

En juillet, vous pouvez récolter les fleurs et l’écorce en septembre. Bien sûr, les fruits, c’est quand ils sont mâtures.

Bonne dégustation !

Et si vous souhaitez plus de recettes traditionnelles du sureau, laissez un commentaire !

Share This