Le lapacho est une plante médicinale qui a le vent en poupe.

On l’utilise comme le rooïbos.

Le lapacho ou Tebebui impetiginosa est un arbre d’Amérique du Sud.

On le nomme également Pau d’arco, ipe roxo ou arbre de vie.

Pau d’arco signifie « arc de la chasse » en langue indigène, callawaya (indien du Brésil).

A quoi ressemble cet arbre ?

C’est un grand arbre de 30 mètres de haut des régions tropicales et sub-tropicales d’Amérique du Sud.

Autrement dit, on le rencontre au Paraguay, Brésil, Argentine et dans les Andes péruviennes.

C’est même l’emblème du Paraguay.

Le genre Tebebuia est un genre d’arbre très répandu avec plus de 100 espèces différentes.

C’est pourquoi il est très difficile de les identifier.

Par contre, Pau d’arco représente le plus souvent le Tabebuia impetiginosa.Les fleurs de lapacho

Il est très connu pour ses magnifiques fleurs roses (ou pourpre) en forme de cloche.

Ses grandes fleurs à corolle en tube en forme de trompette et à lobes étalés.

Les feuilles de cet arbre sont caduques opposées, entières, ovoïdes et elliptiques.

Le fruit du lapacho est une capsule très étirée.

Quelle est l’histoire du lapacho?

Les incas et les indiens callawayas du Brésil utilisaient l’écorce interne, l’aubier,pour guérir leur blessure et les morsures de serpent.

Les guérisseurs le considèrent comme l’arbre de vie car il permet de combattre de nombreuses affections.

En effet, le lapacho permet de lutter contre la gastro-entérite, les infections des voies respiratoires, les infections fongiques et pour soigner les maladies de peau.

Aujourd’hui, les herboristes locaux brésiliens le recommandent pour le cancer, le diabète et les rhumatismes.

Quelle partie de la plante utilise-t-on en herboristerie?

On emploie en herboristerie seulement l’écorce interne de l’arbre, l’aubier.

Attention, il faut bien distinguer écorce et aubier.

L’écorce de l’arbre est foncée alors que l’aubier est un bois clair.

De plus, l’écorce n’a pas de valeur thérapeutique.

Quels constituants composent cette plante médicinale?

  • quinones avec le bêta-lapachol et les anthraquinones
  • coumarines
  • diterpènes
  • saponosides
  • flavonoïdes
  • iridoïdes avec l’ajugol sous forme d’hétéroside
  • lignanes
  • sels minéraux et oligo-éléments ( calcium, fer, magnésium)

Quelles sont les propriétés du lapacho?

  • Le lapacho est un arbre dont l’aubier a de grandes vertus antiseptiques.

En effet, il est anti-bactérien, antiviral, antiparasitaire mais surtout antifongique.

Il agit très bien contre les infections fongiques buccales, vaginales et intestinales.

Notamment en cas de candidoses et d’infections gastro-intestinales (colite, gastrite).

Il rééquilibre la flore intestinale.

  • Au niveau immunitaire, l’aubier aide à le soutenir et le renforcer.

Plus particulièrement en cas d’accompagnement de chimiothérapie et d’infections.

De plus, il soutient l’organisme en cas de fatigue et d’épuisement, et précisément nerveux.

Par exemple, il accompagne bien les personnes fibromyalgiques.

Pour les personnes également qui ont des troubles articulaires, il s’avère utile.

Dans les années 60, le National Cancer Institute a lancé aux Etats-Unis un vaste projet d’identification des composés anti-cancer présents dans les plantes.

Les chercheurs ont isolé le lapacho de l’écorce du Pau d’arco.

Ils ont donc pu clairement démontré des propriétés anti-tumorales.

Par contre, il sont stoppé les recherches car il y avait des problèmes de toxicité.

par contre, l’alpha et le bêta-lapachone possèdent également une activité anti-cancéreuse intéressante.

  • Le lapacho donne également de très bons résultats en cas d’infections cutanées (dermatoses).

Que ce soit en cas d’acné, eczéma et psoriasis et des écorchures, des piqûres, surtout si il y a un staphylocoque doré.

  • Les herboristes le préconise également pour la cure de drainage.

Comment utiliser le lapacho?

On réalise une décoction, qui a un goût très agréable.

Mettre 2 cuillères à soupe d’aubier séché pour un litre d’eau.

Faire bouillir et compter 8 à 10 minutes, à partir du moment où l’eau commence à bouillir.

Ensuite, laisser infuser encore 15 minutes.

Boire 3 à 4 tasses par jour.

Il est également possible d’utiliser de la poudre de lapacho, sous forme de gélule.

Dans ce cas là, prendre 3 à 4 gélules par jour ( 1 à 3 g par jour) en cure de 20 jours par mois.

Si vous choisissez l’extrait fluide, prendre 40 gouttes 2 fois par jour.

Les contre-indications

Si vous êtes hémophile ou si vous prenez des anticoagulants, le lapacho est contre-indiqué.

En effet, le lapachol (composé chimique) inhiberai potentiellement l’enzyme époxyde reductase qui régénère la vitamine K.

Eviter aussi la lapacho si vous êtes enceinte.

En conclusion

C’est une plante médicinale très agréable à utiliser.

Notamment, en cure de printemps, pour faire un petit nettoyage et rééquilibrer la flore intestinale.

Il a un effet protecteur, anti-oxydant et anti-inflammatoire, un peu comme le thé vert.

Share This