Qu’est-ce que le cholestérol?

Le cholestérol ou dyslipidémie ou trouble des lipides sanguins représente un taux de lipides (graisses) élevé dans le sang. On parle de cholestérolémie quand Il s’agit d’un trouble métabolique fréquent et qui n’a pas bonne réputation.

En effet, ce trouble métabolique est tenu pour responsable de la genèse des maladies coronariennes.

D’après l’étude MONICA, il n’existe aucun lien entre le taux de cholestérol et le taux de mortalité causée par infarctus. En effet, l’athérosclérose touche les personnes qui ont un taux de cholestérol élevé mais aussi bas.

Cette étude a été réalisée sur 14 ans et sur 1 million de personnes âgées de 25 à 64 ans.

L’athérosclérose

C’est une réponse inflammatoire. En effet, il s’agit d’une lésion de l’endothélium des vaisseaux sanguins et non pas d’une accumulation de LDL cholestérol.

L’accumulation de cholestérol n’est donc pas la cause de l’athérosclérose mais la conséquence.

L’athérosclérose se caractérise par l’épaississement de la paroi artérielle. Elle est donc due à la présence de plaques qui se forment. L’élévation simple dans le sang du taux de cholestérol n’explique donc pas l’athérosclérose. En fait, il existe plusieurs facteurs qui endommagent ou affaiblissent la structure de la paroi artérielle.

Les dommages occasionnés sur la paroi artérielle déclenchent un état inflammatoire. L’inflammation est « une réponse de réparation » de l’organisme .

Facteurs favorisant l’athérosclérose

Tout d’abord le mauvais contrôle de la glycémie peut entraîner une hypercholestérolémie.

Puis le stress chronique et psychologique joue aussi un rôle important car il empêche l’organisme de remplir ses fonctions habituelles.

Les acides gras trans qui proviennent des aliments industrialisés sont aussi très difficilement éliminables par le corps. En effet, n’étant pas naturels, l’organisme a tendance à les stocker.

La consommation excessive d’aliments glucidiques raffinés puisque le sucre prend la forme de gras lors de son stockage. Il est donc essentiel de limiter sa consommation de produits sucrés.

Le mauvais rapport entre acides gras oméga 3 et oméga 6. En effet, le ration doit être de 1 pour 4. On doit consommer des oméga 3 en quantité suffisante pour une belle santé.

L’homocystéinémie élevée 1 : autrement dit un taux élevé de l’homocystéine qui est un acide aminé soufré.

Bien sûr, l’équilibre alimentaire est primordial et la déficience en certains nutriments essentiels crée des troubles métaboliques.

Pour finir, un niveau de fer sanguin élevé joue un rôle dans l’équilibre lipidique.

La théorie inflammatoire

La théorie la plus plausible est que l’athérosclérose est inflammatoire. Quand l’endothélium des parois vasculaires subit une altération fonctionnelle, plusieurs mécanismes se déclenchent. Ils impliquent les plaquettes sanguines, le système de fibrinolyse, les facteurs immunitaires de la cicatrisation. Et ces derniers tentent de réparer cette lésion.

Le cholestérol interviendrait comme agent réparateur dans le processus de guérison d’une lésion. Ce n’est pas le LDL-cholestérol qui détruit la paroi vasculaire. Mais c’est plutôt son oxydation qui crée l’athérosclérose.

Cette oxydation est liée à un déséquilibre. En effet, la production de radicaux libres est supérieure aux systèmes de défense anti-oxydante de l’organisme.

Bon et mauvais cholestérol ?

Il n’y a pas de mauvais cholestérol car un organisme en bonne santé régule normalement bien le cholestérol.

Le cholestérol est une substance lipidique qui a besoin de protéines spécialisées. Pour son transport dans un milieu aqueux comme le sang, il a besoin de « lipoprotéines ».

Les LDL (Low Density Lipoproteins)

Ils distribuent le cholestérol à toutes les cellules du corps. Leur surnom de mauvais cholestérol est lié au fait que, quand leur taux sanguin est excessif. Le risque qu’elles puissent se fixer à des lésions primitives de l’endothélium des parois vasculaires augmente donc. Leur oxydation participerait aussi au développement de l’athérosclérose.

Les HDL (High Density Lipoproteins)

Ce sont de gros transporteurs. En effet, ils sont chargés de collecter l’excès de cholestérol circulant. Puis ils le ramènent au niveau du foie où il sera mobilisé.

Ce rôle de « nettoyeur » leur a valu le nom de « bon cholestérol ».

Le foie et les acides gras

C’est le foie qui contrôle le cholestérol. Le foie est le principal organe qui fabrique, distribue et élimine le cholestérol de l’organisme. Le foie amène toujours au sang la quantité nécessaire et suffisante de cholestérol. C’est encore lui qui se charge de son élimination.

L’homéostasie de cholestérol est l ‘équilibre entre l’absorption intestinale et la biosynthèse cellulaire et son utilisation. Son élimination est donc assurée par la fonction biliaire.

Le cholestérol biliaire est aussi en partie réabsorbé par l’intestin et se retrouve à nouveau dans le foie (cycle entéro-hépatique).

Les plantes capables de réguler l’homéostasie du cholestérol sont donc des plantes à tropisme hépato-vésiculaire.

Par exemple, les plantes des cures dépuratives de printemps et d’automne car elles augmentent le flux biliaire et favorisent les processus de détoxication hépatique.

On peut en citer quelques unes comme la bardane, la chicorée, le pissenlit, l’aubier de tilleul, et bien d’autres encore.

Quels facteurs perturbent le foie dans l’équilibre du cholestérol?

Cette activité hépatique essentielle à l’homéostasie du cholestérol peut-être perturbée par plusieurs facteurs. On peut parler d’ennemis du foie.

  • Tout d’abord les maladies hépatiques ou métaboliques.
  • Puis la prise de certains médicaments
  • Ou de substances xénobiotiques
  • La consommation excessive d’aliments à charge glycémique élevée est aussi un facteur important puisque le sucre se transforme en graisse.
  • Une alimentation riche en acides gras trans
  • Et le stress chronique

La réaction de l’organisme face au stress incite l’organisme à produire davantage d’énergie sous forme de glucose et d’acides gras.

Le foie, principal site de fabrication du cholestérol, produira plus de LDL afin d’acheminer l’énergie vers les cellules.

Le stress diminue donc les capacités du foie à cataboliser les lipides. Il favorise ainsi la production de médiateurs pro-inflammatoires qui ont des impacts négatifs sur l’équilibre des lipides sanguins.

On doit aussi prendre en considération d’autres facteurs qui font que l’on produit plus de cholestérol. Par exemple: l’âge, le sexe, l’index de masse corporelle, la consommation d’alcool, l’utilisation d’hormones de substitution.

Pour conclure

Le cholestérol ou le mauvais cholestérol n’est donc pas responsable des maladies cardiaques. Il en est la conséquence. Néanmoins, il est intéressant de soutenir les fonctions hépatiques lors de cures saisonnières pour l’équilibre les lipides. Bien entendu, pour une belle santé, on limiter les facteurs favorisant l’athérosclérose.

Share This