Le bouillon blanc dont le nom latin est Verbascum thapsus et qui fait partie de la famille des Scofulariacées.

Le bouillon blanc est aussi appelé molène, bouillon mâle, herbe à bonhomme, herbe de Saint Fiacre, blanc de mai, bonhomme, fleur de grand chandelier, cierge de Notre Dame.

« Bouillon »

Vient probablement du bas latin « bugillo » car on utilise les fleurs en décoction pour leurs vertus pectorales.

« Blanc »

Fait référence au duvet blanc des feuilles.

« Verbascum »

Provient du latin « barbacum » qui signifie barbu car les filets des étamines sont barbus.

« Thapsus »

Viendrait d’une ville grecque antique, Thapsos.

Les vertus traditionnelles du bouillon blanc

Il est connue, en tout cas les molènes, depuis le IVe siècle av J.C. En effet, on utilisait sa racine en décoction pour son côté astringent et à l’extérieur comme émollient et vulnéraire (cicatrisant).

La décoction de ses fleurs était considérée par St Hildegarde comme un remède infaillible.

Son habitat

Le bouillon blanc est une plante bisannuelle qui pousse dans les terrains incultes mais jusqu’à 1500 voire 1800 m d’altitude.

Plante très commune en Europe, en Asie mineure, Afrique du Nord, Ethiopie,…

Sa description botanique

Cette plante mesure jusqu’à 1,90 m en moyenne, et elle est pubescente et cotonneuse.

Ses feuilles sont grandes, ovales, couvertes de duvet blanc.

Les fleurs de bouillon blanc sont jaunes, disposées en grappe. Elles dégagent un parfum de miel.

Leur floraison se déroule de juin à septembre.

Quelles parties de la plante utilise-t’-on en herboristerie ?

Principalement, les fleurs dont la saveur est sucrée et mucilagineuse mais aussi les feuilles.

Ces dernières sont plutôt réservées à l’usage externe.

Par contre, il faut faire sécher les fleurs rapidement pour qu’elles ne noircissent pas.

Quels sont ses composants chimiques ?

Le bouillon blanc contient des iridoïdes (aucuboside), des mucilages, des saponosides, des flavonoïdes, des acides phénols (verbascoside).

Quelles sont les propriétés du bouillon blanc ?

Le bouillon blanc est anti-inflammatoire grâce à son côté émollient.

Il est aussi expectorant car il augmente l’activité muco-ciliaire des muqueuses respiratoires).

De plus, il est anti-tussif et émollient.

Il présente également une action diurétique, sudorifique et anti-rhumatismale.

Dans quels cas emploie-t’-on le bouillon blanc ?

  • Au niveau respiratoire, dans les inflammations des voies respiratoires de type laryngite, trachéite, bronchite aiguë,…Également en cas de toux.
  • Dans les troubles digestifs de type, entérite, diarrhée, inflammations des muqueuses de l’estomac, de l’œsophage,…
  • Au niveau de l’appareil urinaire, si on souffre de cystite.
  • En usage externe, pour calmer les inflammations et irritations oculaires.

Comment préparer le bouillon blanc ?

En infusion

On prépare donc une infusion de fleurs à raison de 30 g par litre d’eau froide.

Porter à ébullition. Quand les premières bulles apparaissent, hors du feu, couvrir. Laisser infuser 10 minutes. Bien filtrer à cause des poils. Boire une tasse 2 à 4 fois par jour.

Recette de la tisane des 4 fleurs

30 g de bouillon blanc, 20 g de coquelicot, 10 g de mauve et 20 g de tussilage.

Cette tisane est intéressante pour les affections légères de la poitrine car elle calme la toux et facilite les expectorations. De plus, elle favorise le sommeil.

Autres préparations

Il est tout à fait possible d’utiliser le bouillon blanc sous forme d’extrait hydro-alcoolique comme l’extrait fluide, l’alcoolature,…

En sirop, on pourra employer la tisane précédente (tisane des 4 fleurs).

En usage externe

On peut préparer :

  • une infusion froide pour les coups de soleil
  • des cataplasmes de feuilles et fleurs fraîches réduites en bouillie pour faire mûrir les abcès et les furoncles
  • en macération huileuse pour soulager l’eczéma aux oreilles et les otalgies. Prendre 30 à 50 g de bouillon blanc dans de l’huile d’olive
  • en décoction avec 30 g de fleurs et de feuilles puis on laisse bouillir 3 minutes. On utilise alors cette préparation pour des gargarismes

Avec quelles plantes associer le bouillon blanc ?

Pour un usage émollient

On associe alors le bouillon blanc aux plantes astringentes comme la salicaire, la verge d’or, la tomentille, la pimprenelle,…

Quand on recherche un effet anti-asthmatique

On peut donc le mélanger avec de l’hysope, la valériane, la marjolaine, le coquelicot qui limitent les spasmes.

Ses Contre-indications

Aucune connue à ce jour

Pour conclure

Des études récentes ont démontré que l’extrait aqueux de bouillon blanc était capable d’inhiber la propagation du virus de la grippe et luttait contre l’inflammation des muqueuses.

Cette plante médicinale est un intermédiaire entre les plantes expectorantes et émollientes car il contient des saponosides et des mucilages.

Il réduit l’œdème des muqueuses car il a également un effet anti-inflammatoire (iridoïdes), diminue la perméabilité capillaire (flavonoïdes).

Une belle plante très présente en Auvergne et qui mérite d’être utilisée.

Share This