Le printemps rime pour beaucoup avec allergie au pollen. Les pollen sont divers et variés : arbres, graminées, herbacés et la saison s’étend de mi-février à octobre.
Dommage car c’est à ce moment là qu’on a envie d’être le plus dehors et que c’est le plus agréable. 20 à 25% de la population est touchée et depuis 10 ans, le nombre de personnes allergiques ne cesse d’augmenter.

Plusieurs raisons expliqueraient le nombre croissant des personnes allergiques

  • la pollution atmosphérique a augmenté et celle-ci est responsable de la mutation de l’ADN des pollens
  • l’excès d’hygiène et l’utilisation excessive des antibiotiques auraient un effet délétère sur les Lymphocytes T régulateurs et les cytokines régulatrices de l’immunité
  • le changement alimentaire, plus industrialisé et transformé avec un ensemble d’agents de conservation, exhausteurs de goût, colorants, pesticides, herbicides…
  • les perturbateurs endocriniens présents dans tous les objets, peinture, cosmétiques,…
  • un facteur génétique

Qu’est-ce que l’allergie au pollen?

On la nomme également « rhume des foins ».
L’allergie n’est pas une maladie auto-immune mais il s’agit d’une réaction inappropriée du système immunitaire face à une substance exogène de l’environnement.
Les Lymphocytes T sont les globules blancs chargés de réguler les réponses immunitaires face aux substances étrangères.
Les Ig E, les immunoglobulines E, sont donc à leur tour libérés par l’organisme.
Ces Ig E se fixent sur des mastocytes sous la peau et au niveau des muqueuses.
On sécrète alors l’histamine, responsable de l’ensemble des symptômes.
  • Le nez qui coule avec éternuements à répétition et démangeaisons. C’est ce qu’on appelle le rhinite allergique
  • Les yeux rouges et secs, qui grattent
  • La gorge qui démange également. On peut même avoir de la toux
  • Démangeaisons dans tout le corps
  • Atteinte pulmonaire qui peut conduire à de l’asthme
Tous ces signes sont le reflet d’une inflammation locale et générale de l’organisme.

A quoi est-on allergique?

Il est bien de faire un test chez un allergologue pour déterminer les allergènes auxquels, on est réceptif.
En effet, il est intéressant d’identifier les différents facteurs allergènes pour pouvoir aussi les éviter le plus possible.
Parfois, les allergies peuvent être multiples et se croiser.
Attention, certaines allergies au pollen peuvent conduire à des allergies alimentaires car leurs protéines sont très proches, d’un point de vue chimique.

La réaction allergique une bonne chose

La bonne nouvelle, c’est que l’allergie est une réaction bénéfique et protectrice face à un agent pathogène.
Cette réaction face à la mutation de l’environnement signifie que l’individu est face à un élément non naturel pour lui.
Des études ont montré que les personnes allergiques avaient moins de chance d’avoir un cancer et même d’autres maladies.

Les gestes barrière contre le pollen

  • Éviter d’avoir les fenêtres ouvertes en voiture
  • Se rincer les cheveux tous les jours
  • Porter un masque
  • Avoir des lunettes de soleil
  • Se nettoyer le nez et les yeux au sérum physiologique. Il est également possible de se rincer le nez à l’eau de mer
  • Il existe un gel à appliquer sur les ailettes du nez, vendu en pharmacie que l’on peut utiliser quand on sait que l’on va être très exposé.
  • Il faut éviter de faire sécher son linge à l’extérieur.
  • Aérer chez soi le matin en début de journée.
  • Essayer de limiter les contacts importants. En ce qui me concerne, j’évite les sorties VTT quand il y a trop de pollen. Je préfère les lendemain de pluie car les pollens sont moins volatiles. De plus, il est préférable d’éviter les journées où il y a du vent.

Solutions locales pour calmer les crises de l’allergie au pollen

  • Hydrolat de camomille romaine (Anthemis nobilis) pour les yeux.
Appliquer plusieurs fois par jour de l’hydrolat sur les yeux pour calmer l’inflammation oculaire.
L’hydrolat ou eau florale doit se conserver au frigo. L’effet rafraîchissant est d’autant plus agréable.
Vous pouvez également vous préparer une décoction de camomille (la même, la romaine) pour réaliser des compresses à appliquer sur les yeux.
Renouveler le soin matin et soir.
  • Huile essentielle d’estragon ( Artemisia dracunculus) à respirer et à appliquer sur les bords du nez.
Ne mettre qu’une goutte sur les ailes du nez ou/et au bord des narines. Attention si votre peau est irritée à force de vous moucher. En effet, l’application de l’huile essentielle d’estragon risque de vous brûler la peau. On peut aussi la diluer dans une huile végétale : 1 goutte pour 4 gouttes d’huile.
A partir de 6 ans, il est possible de l’ingérer à raison de 1 goutte sur un comprimé neutre.
On peut aussi lui préférer l’huile essentielle de camomille romaine si on est sujet à l’asthme allergique.
Dans ces cas-là, prendre une goutte pure à appliquer sur le plexus solaire et une goutte sur un comprimé neutre à renouveler tous les 1/4 d’heure pendant une crise.

Plantes et compléments alimentaires pour réduire les symptômes de l’allergie au pollen

  • Gemmothérapie de cassis ou macérât de bourgeons de cassis est à commencer un mois avant. En dilution de 1DH, il faut prendre 25 à 30 gouttes 2 à 3 fois par jour. En cas de crise on peut doubler les doses. C’est un remède très efficace en cas de crise mais il l’est d’autant plus si vous commencez en amont.
  • L’infusion de plantain (Plantago lanceolé) qui inhibe les mastocytes. Il est également possible de le prendre sous forme d’extrait fluide, teinture-mère,EPS. C’est également une plante du système pulmonaire, elle accompagnera bien l’allergie asthmatique.
  • Huile de périlla, de lin, de krill, de foie de requin sont anti-inflammatoires, calment les irritations et sont anti-oxydants.
  • Quercétine est un puissant anti-oxydant qui diminue les éternuements et les démangeaisons car elle réduit l’histamine et les cytokines.
  • Zinc est l’oligo-élément de l’immunité, indispensable à son bon fonctionnement. De plus, il s’oppose à la libération de l’histamine par les mastocytes.
  • Le manganèse associé au cuivre pour atténuer les symptômes de l’allergie et rééquilibrer le terrain. A commencer 3 mois avant et à renouveler une fois de plus dans l’année.
  • Les œufs de caille car l’ovomucoïde, situé dans l’albumen, agit sur les signes allergiques.

Remèdes naturels à prendre toute l’année pour vaincre l’allergie au pollen

  • Vitamine D qui soutient l’immunité, réduit les inflammations,
  • Et vitamine C, associée à la vitamine
Pour rééquilibrer la flore intestinale
  • Prébiotiques pour nourrir les bonnes bactéries de notre microbiote
  • Probiotiques pour renforcer et multiplier les bactéries de la flore intestinale
  • Capsules de nigelle ( Nigella sativa) sont assez efficaces. La nigelle renforce le système immunitaire et rééquilibre la flore intestinale.

Faire une cure dépurative du foie au changement de saison pour débarrasser le corps des toxines.

Depuis de nombreuses années, je suis allergique au pollen.
A 20 ans, j’avais des injections de corticoïdes car les anti-histaminiques n’étaient pas suffisants.
C’est comme tout, le corps s’habitue, ce qui rendait ces médicaments quasiment inefficaces.
Depuis quelques années, je ne prends plus aucun traitement. Je fais sans mais j’ai encore des symptômes mais ils réduisent d’année en année.
L’important est d’adopter une bonne hygiène de vie alimentaire et sportive, en associant les plantes médicinales.
Il faut quand même s’armer de patience car cela peut prendre un peu de temps.
Courage à tous ceux qui vivent également des moments difficiles avec l’allergie au pollen.
Share This