Prêle

Equisitum arvense L.

Equisetaceae

« Plante de la structure osseuse et de la souplesse »

La prêle est aussi appelée queue de cheval, queue de rat, herbe à récurer, petite prêle, prêle des bois, prêle des chamois, queue de chat,…

L’origine de son nom :  « asper » car elle a un goût amère et âpre.

Et c’est ce qui aurait donné son nom. Par filiation aurait donné aussi « asperella » puis « asprèle » puis prêle.

Botanique

Plante que l’on rencontre en Europe, en Afrique, en Amérique, et aussi en Asie.

Elle pousse surtout dans les terrains humides, particulièrement argilo-siliceux,  jusqu’à haute altitude.

La prêle des champs est très commune en France.

Les racines traçantes de cette herbacée mesurent jusqu’à 20 à 60 cm.

Ses tiges sont aussi dressées, stériles, chlorophyliennes cannelés et même creuses.

Elles sont précédées au printemps par des tiges fertiles non chlorophyliennes, non ramifiées portant un épi sporangifère ovoïde.

Ses feuilles sont étroites, petites, groupées en vorticelles.

Histoire

Les Romains et particulièrement Pline l’avaient baptisé la prêle  » poil de terre » et la considéraient comme tonique et reconstituant général.

Les parties utilisées en herboristerie

On récolte les parties aériennes stériles l’été.

Les constituants connus sont donc

  • acides-phénols
  • triterpènes et stéroïdes
  • alcaloïdes
  • flavonoïdes
  • saponosides
  • substances minérales

Les propriétés de la prêle

C’est un reminéralisant naturel assimilable directement par l’organsime.

Elle est donc prescrite aussi comme diurétique, dépuratif, cicatrisant interne et externe.

Voie interne : diurétique, reminéralisant, capacité à se fixer et anti-athéromateux.

Voie externe : cicatrisant et restructuration des tissus cutanés.

Quelles sont ses indications ?

Elle est recommandée pour prévenir les caries dentaires, pour remédier aux ongles cassants et qui se dédoublent et aux cheveux qui tombent.

On l’utilise pour les maux des reins, les rhumatismes, la goutte, les affections de la peau.

Elle est aussi un très bon cicatrisant dans les cas d’hémoptysie, de métrorragie, d’inflammations des muqueuses de l’intestin, de l’estomac, diarrhée, celles des organes génito-urinaires et des voies respiratoires.

Voie interne :

La prêle est intéressante à différents niveaux

  • ostéo-articulaire = affections osseuses, œdèmes post-traumatiques, fragilité osseuse, consolidation des fractures.
  • cutané = ongles fragiles, chutes de cheveux, vergetures, retard de cicatrisation.
  • autres = infections urinaires, lithiase urinaire, artériosclérose, troubles liés à l’altération du tissu conjonctif, épistaxis chronique, énurésie, crampes,…

Voie externe : guérison des plaies mineures.

Comment l’utiliser en herboristerie

La prêle se prépare de différentes façons, voici donc les différentes formes galéniques.

  • l’ infusion

Recette

20 g de plante sèche par litre

Laisser bouillir 15 à 20 minutes.

Filtrer.

Boire 1 tasse avant chaque repas

  • la décoction

  • la poudre

En poudre brute micronisée en gélule de poudre totale de la plante sèche : 1 à 3 g par jour

  • l’alcoolature, Teinture Mère, extrait fluide

30 gouttes 2 à 3 fois par jour dans un peu d’eau

Prêle et Ortie associée sont remarquables pour une détoxication et une reminéralisation.

En tisane : associer 50 g de chacune de ses plantes, mettre 2 à 3 cuillères à soupe du mélange pour 1 litre d’eau.

Porter à ébullition 6 minutes et infuser 10 minutes.

Filtrer et boire 2 bols par jour en cure de 3 semaines.

En poudre : bien mélanger les poudres de plantes séchées, à prendre à raison d’1 cuillère à café du mélange dans une compote, yaourt ou fromage blanc le matin.

Quelles sont les contre-indications ?

Aucune connue mais on ne doit jamais l’utiliser sur de trop longues périodes (surtout en poudre) à cause de son côté abrasif.

A éviter chez les sujets hypertendus ou insuffisants rénaux.

En résumé

Elle va donc restructurer l’individu physiquement et psychiquement. Sa teneur en silice assimilable fait sa force.

Share This