Etre végan : quelle est l’erreur à ne pas faire?

Depuis quelques temps, on constate un mouvement Végan qui ne cesse de se développer.

Je suis bien d’accord avec certains idéaux car les animaux méritent le respect.

Ce sont des êtres vivants.
On découvre depuis peu qu’ils sont sensibles, qu’ils ont des émotions, qu’ils ont un instinct exceptionnel et une intelligence hyper-développée.
Sur les réseaux sociaux, on peut trouver de très nombreuses vidéos qui l’illustrent.
Ils méritent vraiment beaucoup plus d’empathie de notre part.
De plus, on doit se battre contre la maltraitante animale.
Question alimentation, comment devient-on végan?
Et surtout, être végan: quelle est l’erreur à ne pas faire?

Etre végan : qu’est-ce que c’est?

On distingue les végan, les végétariens et les végétaliens. 
Les personnes végan sont végétaliennes.
Elles ne portent aucun produit animal sur elles (ni cuir, ni fourrure), refusent tous les produits testés sur les animaux, et sont végétaliennes …
La personne végétalienne ne mange ni poisson, ni viande, ni œuf, ni lait, ni miel…
La personne végétarienne ne mange ni poisson ni viande.

Etre végan : quelle est l’erreur à ne pas faire?

Pour certaines personnes, être vegan peut être dangereux pour leur santé.
J’espère que si vous êtes vegan, vous n’allez pas vous offusquez.
Mais je fais un triste constat :  certaines personnes qui mettent de côté les protéines animales dans leur alimentation ont des problèmes de santé.
Parfois ils sont même graves.
Je vois des personnes dénutries car elles ont décidé d’être végan.
Avec pour symptômes :  amaigrissement, fonte musculaire, chute de cheveux, ongles cassants, perte de mémoire et de concentration, difficulté digestive.
Même des enfants et des adolescents présentent de sérieuses carences avec des troubles de croissance. 
En effet, de plus en plus d’enfants ne consomment pas de produits animaux.
Supprimer tous les produits animaux sans les remplacer par des protéines équivalentes est réellement problématique. 
L’erreur que font les personnes qui veulent devenir végétalienne ou végétarienne, c’est de supprimer simplement les produits animaux.
Pourtant, il faut penser à mettre des alternatives dans l’assiette car toutes les protéines ne se valent pas.

Que sont les protéines?

N’oublions pas que les protéines sont les éléments bâtisseurs de notre organisme.
Ce sont les briques.
On peut considérer les protéines comme des aliments plastiques de construction, d’entretien, ou de reconstruction des tissus.
Ce sont des facteurs d’édification indispensable.
Il existe donc 2 sources de protéines : animales et végétales. 
Animale : viande, œuf, lait, poisson, fromage.
Végétale : les légumineuses, les féculents, la levure alimentaire, champignons et oléagineux.
L’œuf est le seul aliment qui contient tous les acides aminés essentiels ( que notre corps ne fabrique pas).
Ces acides aminés sont indispensables à la formation d’une molécule protéique.
Par contre, quand il manque un de ces acides aminés indispensables, les autres sont peu ou pas assimilés non plus.
Le manque d’un élément entraîne la perte des autres.
Chaque repas doit donc fournir un apport de protéines d’origines différentes.
Pour avoir une ration protéique complète, voici 3 associations possibles. 
  • Céréale complète + légumineuse + salade
  • Pain complet + viande + salade
  • Pain complet + fromage + salade
La salade permet de mieux digérer.

Etre végan signifie ne pas manger de protéine animale, est-ce un tort?

La viande n’est pas indispensable à l’entretien de l’être humain. 
On sait même qu’il ne faut pas en abuser car les protéines animales sont riches en prurine.
C’est un résidu toxique qui provient de la dégradation des aliments lors de la digestion.
La prurine entraîne la plupart du temps un terrain arthritique propice au développement des maladies chroniques.
Par exemple : rhumatismes, allergies, troubles digestifs, dépression nerveuse, maladies cardiovasculaires…

Alors comment être végan sans faire d’erreur?

Mais il faut équilibrer sa ration protéique lors du repas.
Si vous ne consommez pas de viande, il est recommandé de consommer des oléagineux, des céréales, des légumineuses et autres…
Cet équilibre est indispensable pour éviter les troubles de santé.
Un déficit de protéines chez la femme enceinte entraîne chez le fœtus ou chez le bébé dans les premiers mois de sa vie, un déficit intellectuel plus ou moins grave et irréductible.
Les protéines animales et végétales ont la même valeur biologique.
Par exemple le soja ou les haricots de soja contiennent presque 50% de protéines de plus qu’une quantité égale d’origine animale.

Quelle quantité de protéines consommer?

OMS dit 29 g pour la femme et 37 g pour les hommes.

Le département de l’agriculture des Etats-Unis recommande la consommation de 0,8 g de protéines par kg et par jour.
Soit 52 g pour un homme et 44 g pour une femme.
Certains la déterminent plutôt par rapport à l’âge.
  • Un adulte ou ado actif : 60 à 80 g par jour
  • Un adulte sédentaire ou une personne du troisième âge : 35 à 45 g par jour

Les équivalences protéiniques

100 g de viande : 20 g de protéines animales
200 g de céréales complètes : 20 g de protéines végétales.
50 g de fromage  : 8 g de protéines animales
50 g de légumineuses : 6 g de protéines végétales
20 g de levure alimentaire : 9 g de protéines végétales

Les acides aminés indispensables et les besoins d’un adulte

  • Histidine 0,5 g
  • Isoleucine 0,70 g
  • Leucine 1,10 g
  • Lysine 0,8 g
  • Methionine sans cysteine 1,1 g
  • Methionine avec cysteine 0,2 g
  • Phenylalanine sans tyrosine 1,1 g
  • Phenylalanine avec tyrosine 0,3 g
  • Thréonine 0,5 g
  • Tryptophane 0,25 g
  • Valine 0,8 g

Les différences nutritionnelles

Les enfants ont besoin de plus d’histidine (noix, noisettes, céréales complètes, lait, fromage, œufs, soja, viande).
L’œuf et le lait maternel sont les aliments les plus équilibrés en acides aminés essentiels indispensables.
L’œuf est l’aliment de référence.
Viande, poisson, lait et fromage sont également très intéressant mais ces protéines ont un léger déficit en methionine et cysteine.
Le céréales complètes n’ont pas de lysine.
La lysine joue un rôle important dans la croissance.
Les légumes secs, eux, ne possèdent pas de methionine.
D’où l’intérêt des combinaisons alimentaires.

Les compléments alimentaires

Bien sûr vous pouvez prendre des plantes pour prévenir les carences.
Mais l’équilibre alimentaire est à privilégier en premier lieu.
Vous pourrez vous tourner, si besoin est, vers la spiruline, la chlorelle, la levure de bière et bien d’autres compléments.

En conclusion

Pour une belle santé, une alimentation variée et diversifiée est primordiale.
Il ne faut pas hésiter à changer la source des protéines régulièrement végétale et animale.
Et si vous êtes végan, il est indispensable de bien équilibrer les repas avec des céréales et des oléagineux.
Surtout, il est nécessaire d’associer céréales et légumineuses.
Encore plus, si vous êtes malade, ou en période délicate comme la grossesse, la ménopause, la croissance, la convalescence…
Share This