Curcuma cette épice anti-inflammatoire se nomme en latin Curcuma longa L. et est de la famille des Zingibéracées.

On le nomme également « Safran des Indes, Turméric, Souchet des Indes, Arrow-root de l’Inde, racine de safran… »

« kurkum » vient de l’arabe qui désigne le safran car le curcuma teint en jaune comme les stigmates de safran.

A quoi ressemble le curcuma et où vit-il?

Il est originaire de l’Inde, dans la région de Bihar, à environ 1800 à 2000 m d’altitude. De plus, il est cultivé dans toute l’Asie, en Afrique tropicale et aux Antilles.

Plante herbacée vivace par son rhizome pouvant mesurer jusqu’à 1,50 m de haut.

Il possède de longues feuilles lancéolées, vert pâle, partant du sol. Les feuilles inférieures sont pratiquement réduites à une gaine. Par contre, les feuilles supérieures ont un limbe ovale strié de bandes marrons avec une base engainante et une ligule située à la jonction de la limbe et de la gaine.

Ses inflorescences sont en épi conique terminal et ses fleurs sont d’un blanc jaunâtre avec des bractées roses.

Le fruit est une capsule globuleuse contenant de nombreuses graines arillées.

Quelle est son histoire et ses vertus traditionnelles de cette épice anti-inflammatoire?

Depuis au moins 3000, on connaît le curcuma comme épice, plante médicinale et colorant.

Au premier siècle après J-C, les Arabes l’importent des Indes en Grèce.

Dioscoride le préconisait  contre les dermatoses prurigineuses et les ophtalmies purulentes.

De plus, on cultive le curcuma en Chine depuis le VIIe siècle.

Et on l’introduit en Europe pour remplacer car le safran est très cher.

Au XVIIe siècle, Lemery le considérait comme apéritif et « propre à lever les obstructions de la rate pour la jaunisse et la pierre ».

Au XIX e siècle, Cazin et ses confrères l’utilisèrent comme stimulant du foie et excitant les fonctions digestives et diurétiques.

Quelle partie utilise-t-‘on en herboristerie?

Les herboristes emploient son rhizome coupé et séché, à odeur douce et épicée, légèrement brûlante et amère.

Sa saveur est aussi aromatique, épicée et un peu piquante.

Quels sont les principes actifs de cette plante médicinale?

Le curcuma contient

  • des curcuminoïdes qui sont des dérivés phénoliques
  • de l’huile essentielle à cétones sesquiterpéniques
  • mais également de l’amidon
  • et des mucilages et des oses

Quelles sont ses propriétés médicinales?

Le curcuma est anti-inflammatoire grâce à la curcumine qui agit directement sur les prostaglandines, les enzymes lysosomiales, les granulocytes…).

Au niveau digestif, ce rhizome est un tonique amer, c’est pourquoi il est apéritif, et stomachique. De plus, il est anti-ulcéreux à faible dose.

Concernant les intestins, il a une action carminative, il réduit donc les ballonnements.

Pour le foie, c’est un puissant hépato-protecteur. Le curcuma permet également au foie de fabriquer plus de bile (cholagogue) et à la vésicule de se vidanger (cholérétique). Il inhibe aussi les calculs biliaires et diminue le taux de cholestérol et du sucre dans le sang.

C’est un excellent anti-oxydant et un protecteur des cellules.

D’autres propriétés s’ajoutent comme son rôle protecteur des neurones et des chimiothérapies. Il réduit également le développement des cellules cancéreuses.

Cette racine évite aux plaquettes sanguines de s’agglutinaient.

Son rôle anti-infectieux est surtout liée à son huile essentielle.

Dans quels cas peut-on l’utiliser?

Ces indications sont très nombreuses. mais bien sûr à chaque fois qu’une inflammation est là puisque le curcuma est une épice anti-inflammatoire par excellence;

Sur la sphère digestive :

  • quand on a des troubles digestifs
  • en cas d’ulcères gastro-duodénaux
  • hépatites
  • cirrhoses
  • syndrome du colon irritable et toutes les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin
  • congestion hépatique
  • rétention biliaire
  • hyper-cholestérolémie

Au niveau ostéo-articulaire :

  • rhumatismes
  • douleurs musculaires
  • polyarthrite rhumatoïde

Dans d’autres cas, comme lors des maladies neuro-dégénératives dont Alzheimer.

Comment utilise-t’-on le curcuma?

Quand il s’agit d’en apprécier le goût, l’infusion ou la poudre pour agrémenter les repas sont tout à fait adéquates.

Par contre, lors d’un usage thérapeutique, il est bien de privilégier le curcuma additionné de poivre et le tout baignant dans un milieu huileux.

Mieux vaut donc l’employer sous forme de comprimé ou gélule à base d’extraits standardisés en curcuminoïdes.

Ses précautions d’emploi

Pas de précaution particulière en cas d’usage à des doses usuelles.

Par contre, attention à haute dose et en cas d’obstructions des voies biliaires.

De plus, il est contre-indiqué en cas de chimiothérapie.

Ce qu’il faut en retenir

Le curcuma cette épice anti-inflammatoire colore nos assiettes. En revanche,pour un usage thérapeutique, il est difficilement assimilable sans un corps gras et sans poivre.

Share This