Le Chardon marie a pour dénomination latine : Silybum marianum L. et est de la famille des Astéracées.

On l’appelle également « Lait de Notre Dame, Chardon argenté, Chardon marbré, Sylibe de Marie, Épine blanche… »

L’origine de son nom « silybum » désigne, à la fois en grec et en latin, un chardon comestible.

Quant à « marianum« , le nom est lié à la Vierge Marie. En effet, une légende dit que celle-ci, voyageant d’Egypte en Judée pour échapper à Hérode, aurait caché l’enfant Jésus sous un bosquet de chardons. Et à cet endroit-là, elle lui aurait donné le sein. Quelques gouttes de lait tombèrent sur les feuilles, c’est pourquoi le chardon marie a des nervures blanches caractéristiques sur ses feuilles.

Description de cette plante et de son habitat

Le chardon marie est une plante qui pousse dans des terrains secs et rocailleux à moins de 700 m d’altitude en Europe méridionale, Afrique du Nord et Asie occidentale. Il aime aussi le soleil et la chaleur.

Il s’agit d’une plante bisannuelle pouvant atteindre 1,5 m de haut.

Sa tige est robuste et peu ramifiée.

Le chardon marie a de grandes feuilles vert foncé, avec des marbrures blanches, sans stipule, avec un limbe luisant et sinueux. de plus, elles ont des épines très piquantes.

Ses fleurs sont rassemblées en gros capitule comme l’artichaut et sont de couleur pourpre.

Ses fruits sont des akènes noirs marbrés pourvus d’une aigrette poilue.

L’histoire du chardon marie et ses vertus traditionnelles

D’abord, ce sont Théophraste et Dioscoride qui décrivent et utilisent le chardon marie pour des troubles hépatiques.

Ensuite Pline recommande de prendre un jus de cette plante avec du miel pour éliminer les excès de bile.

Pour Sainte-Hildegarde, le chardon marie vient de la saveur piquante de la terre et combat la douleur au coeur des membres.

De plus, en Europe, on utilisait cette plante comme légume car on utilisait ses feuilles privées d’épines et de capitules.

En effet, on le cultivait pour le déguster en salade ou comme des épinards. De plus, on cuisait les pétioles comme des asperges, tandis qu’on préparait son réceptacle comme des artichauts.

Les mets du chardon marie avaient pour réputation d’augmenter l’ardeur sexuelle.

Ses vertus magiques

A la campagne, on déposait des tiges fleuries de chardon marie dans les berceaux des bébés car on le considérait tel un porte-bonheur. On en semait également devant la porte d’entrée pour repousser les influences négatives. de plus, pendant les orages, on brûlait des fleurs dans l’âtre pour détourner la foudre. On cousait même des chemises légères en fibre de ses tiges pour se protéger du Malin et des éventuels coups du sort.

Quelles parties de cette plante utilise-t’on en herboristerie?

Les herboristes emploient les fruits du chardon marie mûrs et dépourvus de pappus (aigrette) ainsi que ses feuilles.

Ses feuilles ont une saveur âpres, amère et salée.

Quels constituants le composent?

Les fruits du chardon marie contiennent :

  • Flavolignanes sous le nom de silymarine (silybine, silychristine, silydianine)
  • Lipides à raison de 20 à 30%
  • Phytostérols (campestrol, stigmastérol, sitostérol)
  • Flavonoïdes

Les feuilles du chardon marie se composent de :

  • Phytostérols
  • Flavonoïdes
  • Acides-phénols
  • Polyines

Quelles sont les principales propriétés du chardon marie?

Les feuilles de chardon marie ont pour principale propriété d’être cholagogue et cholérétique. Autrement dit, elles permettent au foie de sécréter plus de bile et à la vésicule biliaire de se vidanger dans l’intestin.

Les fruits, quant à eux, ont également cette prorpiété mais ce n’est pas tout.

Ils sont avant tout de puissants hépato-protecteurs et ils permettent aux cellules du foie de se régénérer.

Leur rôle anti-oxydant n’est pas non plus négligeable ainsi que leur action anti-spasmodique.

Dans quels cas peut-on l’utiliser?

On emploiera le chardon marie à chaque foie que le foie est congestionné.

De plus, si l’on souffre d’hépatites virales ou médicamenteuses.

Dans les cas également d’ictères, de cirrhoses ou de stéatoses alcooliques.

Si on a des calculs biliaires, il est fortement recommandé alors que certaines plantes comme l’artichaut ou le radis noir sont à proscrire.

Il a aussi une action très intéressante au niveau vasculaire et particulièrement en cas d’hémorroïdes et d’insuffisance veineuse. En effet, il agit sur la veine porte.

Cette plante est très utile pour remédier aux dommages hépato-toxiques causés par diverses toxines naturelles ou synthétiques. On peut donc l’utiliser pour accompagner les traitements par chimiothérapie et limiter leurs effets secondaires. Par contre, choisir dans ces cas-là des formes dépourvues d’alcool. Il est également possible de l’associer au desmodium ascendens, Chrysanthellum indicum ssp afro-americanum ou au curcuma.

Comment employait le chardon marie?

La silymarine est peu soluble dans l’eau donc on préfère l’utiliser sous forme alcoolique.

Prendre une teinture mère ou EPS.

Possibilité aussi de l’employer en gélules ou comprimés, extraits standardisés en silymarine.

Les formes aqueuses sont à réserver quand on souhaite juste l’effet cholagogue de la plante.

Décoction

20 g de fruits secs par litre. Faire une ébullition de 15 minutes . Boire une tasse avant les repas.

Précautions d’emploi

Il n’existe aucune contre-indication aux doses recommandées.

par contre, la silymarine réduit la résistance à l’insuline. Si vous êtes donc diabétique, il faudra avertir votre médecin.

Ce qu’il faut retenir

Très grande plante du foie grâce à son action hépato-protectrice.

De plus, elle augmente les capacités de détoxification du foie.

Une aide précieuse lors de dommages hépatiques.

Le foie a un rôle dans la répartition du sang dans l’organisme, le chardon marie agit donc sur la circulation artérielle et veineuse.

Share This